• Penser et panser l’après ?

     

    Depuis quelques semaines, le champ lexical de l’Education s’est radicalement médicalisé : protection, protocole, sanitaire, gestes barrières … A l’aube de la réouverture des établissements scolaires après une cinquantaine de jours de confinement, l’équipement de protection individuel se transforme. Jadis, les enseignants se munissaient de leur cartable et de leur stylo rouge, demain ils s’armeront d’un masque et de gel hydroalcoolique.

    Alors les enseignants sont-ils devenus des soignants ? En quelques sortes…probablement.

    Cela fait maintenant deux mois que les enseignants expriment le sentiment de travailler dans un service d’urgence. En effet, le scanner et le traitement de texte ont remplacé le cahier et doivent faire face ici ou là à des fractures numériques. Quand plus rien ne fonctionne, quand l’élève leur échappe : ils luttent et mettent des pansements sur des hémorragies pour ne pas les perdre. Ils opèrent sans relâche à coup de classe virtuelle. Des laboratoires d’expérimentation fleurissent pour tenter de nouveaux protocoles : quizzinière, learning apps…et de nouveaux traitements apparaissent : padlet, genially… Tout cela dans le but de réanimer le désir d’apprendre chez les élèves qu’on ne voit plus.

    Plus concrètement, les enseignants ont dû se réinventer dans l’urgence d’une crise sanitaire inédite. En recherche d’efficacité, les actions ont été rapides car il y avait cette volonté d’agir pour la continuité pédagogique. Aujourd’hui, loin des polémiques sur le bien fondé de l’ouverture des écoles, ils doivent dans l’urgence penser l’après confinement : peu de place pour la projection et l’anticipation.

    Au sein de cette crise sanitaire, nous cohabitons bien avec un double sens :

     -  un service hospitalier où les malades qui ne peuvent pas attendre sont transférés

    -  un rapport au temps qui nous contraint d’agir en situation

    Pris en étau, dans ce que Heidegger appelait «  le temps qui presse », entre un confinement qui n’en finit pas et une urgence de reprendre le chemin de l’Ecole, l’enseignant se réinvente encore pour être prêt.

    Prêt à quoi le 11 mai ?

    En terme d’organisation, tout est à repenser : les horaires, les flux, les transports, les emplois du temps, les groupes. Une réorganisation de l’Ecole en un temps record. Les équipes se concertent pour aménager, organiser, désinfecter…

    Au-delà de la préparation des locaux… comment se prépare-t-on à accueillir un retour de confinement ? Situation inédite, ô combien anxiogène, on ne peut faire l’impasse sur le vécu des élèves pendants ces 8 semaines…ont-ils côtoyé la maladie ? la mort peut-être ? la peur ?

    Le retour s’avère être une situation stressante alors plus que jamais l’expression « prendre soin » revêt un caractère essentiel. Cette crise sanitaire nous amène à  repenser aux travaux de Winnicott sur la notion de prendre soin (le care et le cure). Notre défi est certainement de prendre soin, en vue de guérir les éventuels traumatismes vécus pendant le confinement. Il va falloir aider les élèves à cheminer, restaurer le lien. Il va bien falloir penser à panser.

    Comment faire ?

    Et si le bien-être de l’élève et de l’enseignant primait sur l’évaluation ? la grammaire et la numération ? Et si on réapprenait à vivre ensemble après 50 jours d’absence ? Et si on faisait que cette rentrée du mois de mai soit placée sous le signe de la douceur ? Non pas qu’en mai l’enseignant fasse ce qui lui plaît, mais une rentrée en mai après un confinement est suffisamment extraordinaire pour s’arrêter un peu plus sur les compétences émotionnelles. Retrouver le lien social, permettre à l’enfant d’exprimer les ressentis et le vécu et par conséquent travailler autour des compétences psychosociales nous paraît être un levier.

    Les compétences psychosociales selon la définition de l’organisation mondiale de la santé se définissent comme «  la capacité d’une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne. C’est la capacité d’une personne à maintenir un état de bien-être subjectif qui lui permet d’adopter un comportement approprié et positif à l’occasion d’interactions avec les autres, sa culture et son environnement ». Nous avons tous dû mettre en oeuvre ces compétences pour gérer la période de confinement. Et il reste important de retrouver un équilibre.

    Seuls 30 % des enseignants ont connaissance des compétences psycho-sociales et savent qu’elles font partie des programmes de l’Education Nationale. En effet, depuis 2016 et la mise en place du parcours éducatif de santé, elles y figurent au même titre que le vocabulaire ou les fractions.

    Alors mettons à profit ces quelques semaines avant l’été pour travailler l’empathie, la motivation. Restaurons chaque être, prenons soin des uns et des autres : les enfants, les collègues, les familles.

    Pansons chaque enfant blessé dans les confins de son psychisme, aidons le à mettre des mots sur les maux, à vivre avec, à se développer dans un cadre structurant et bienveillant. Tendons la main aux élèves angoissés, contrariés, libérons la parole ou acceptons le silence, laissons une place au bonheur, au sourire qui vont permettre de regagner de l’estime de soi. Posons sur chacun un regard, une attention. Abusons de notre pouvoir d’éveiller chaque zone d’ombre, d’encourager chaque zone de lumière ; et transformons cette épreuve de confinement. Gardons les éléments positifs de cette crise, n’oublions pas mais donnons du sens.

    Et si au fond l’enseignant devenait  simplement pour ces quelques semaines un tuteur de résilience permettant de panser les stigmates ?

     


    votre commentaire
  • Voilà un sujet d'actualité .

    Ce 1er mai nous allons avoir accès au protocole sanitaire définitif.

    En attendant, j'ai réalisé un petit vademecum afin de ne rien oublier pour préparer le retour en classe.

    Comment penser / panser le retour en classe après le déconfinement ?

     

    Télécharger l'infographie en PDF

     

    Voir le protocole sanitaire du 3 mai  ICI

    Voir un excellent document de l'IREPS de Bretagne pour "panser" l'après  ICI

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    A l'heure où nous devons apprendre à faire classe autrement, j'ai recensé de quoi vous aider...

     

    1. Choisir votre façon de communiquer avec la famille

    Le moyen de communication 

    - mail

    - téléphone ou SMS

    - ENT

    - Plateforme type educartable / klassroom

    Si vous souhaitez garder un lien avec vos élèves vous pouvez animer une classe virtuelle

    https://eduscol.education.fr/numerique/dossier/archives/eformation/notion-virtuel-numerique/classe-ecole

    La DANE versailles vous accompagne

     http://www.dane.ac-versailles.fr/continuite-cned/cned-accompagnement-ma-classe-a-la-maison-classes-virtuelles

     

     

    Penser aussi à la temporalité : 

    - balisez les jours et heures dans la semaine où vous enverrez le travail, où vous répondrez aux questions ...

     

    2. Quel contenu ?

    On ne peut pas tabler sur de longues heures de travail en autonomie...

     

    Un padlet avec des ressources pour vous faciliter la vie : jeux, fiches ....

    Clic sur l'image !!!

     

    Padlet enrichi d'heure en heure

    Vous pouvez conseiller de :

    - lire ... tous les jours un certain temps

    - faire un exposé

    - réaliser des recettes

    - réaliser des expériences

    - faire de la gym 

     

    Si vous souhaitez échelonner le travail vous pouvez le faire grâce au padlet comme nous le montre Charlotte

    https://padlet.com/

     

     

    3. Si les familles ne sont pas équipées au niveau numérique

    - envoi d'un courrier avec une pochette de fiches papiers

    - permanence une ou deux fois par semaine pour échanger le travail

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Comme chaque année voici le cahier de bord : IME, ITEP, IEM, Hopital...

     

    Vous voyez fleurir les cahiers de maîtresses mais ils ne concernent pas nos classes ...

    Je me suis attachée à préparer un cahier de bord plutôt spécialisé vers les établissements médico sociaux mais on peut l'adapter en ULIS

    Alors voici mon cahier de bord

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

    Vous trouverez les rubriques suivantes :

    - renseignements sur vous et votre contexte d'exercice, sur la circo, l'enseignant référent, répertoire des collègues, répertoire des partenaires

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

     

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

     

     - un calendrier mois par mois pour y noter les évennements

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

     

    - les collègues

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

    - le partenariat pour noter les coordonnées importantes

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

     

     

    - suivi des élèves ( niveau, prises en charge, renseignements administratifs, anniversaires ...)

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

     

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

    -  emploi du temps à coller, services des récrés, découpage des périodes

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

    - suivi des 108 h  par période: coordination, ESS, rencontres familles, réunion de projet, animations péda ...

     

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

     

     

     - de quoi écrire brièvement les projets par période

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

    - une rubrique avec des TO DO LIST

    Cahier de bord de l'ASH 2018-2019

    Prof d'ULIS et d'établissements vous allez vous y retrouver. Pour les autres ...ben j'attends vos contributions.

    Cet outil est le mien, il est perfectible alors n'hésitez pas à me faire remonter vos idées, elle seront les bienvenues.

    En attendant à vos imprimantes ....perso je ne le relie pas il est sous classeur avec pochettes plastiques.

     

    Télécharger « page de garde.pdf »

    Télécharger « cahier de bord zone A.pdf »

       

      

     

    Ce cahier concerne la zone A mais vous pouvez contribuer pour les autres zones ( il suffit de m'envoyer un ptit mot via la rubrique contact)

     

      Zone B : merci Maryne pour ta rapidité  

    Télécharger la zone B

     

    Zone C : merci Anne Laure

    Télécharger « cahier de bord - zone C

    Alors si vous souhaitez le mettre aux couleurs de vos académies, merci de me contacter  afin d'avoir le modifiable et je le mettrai en ligne dès que vous aurez travaillé

     

     

     

    Pin It

    48 commentaires
  • AOUT 2019 : version modifiable en ligne

     

    Adepte de l'évaluation positive et encourageante...

     

    J'ai déjà mis en place des choses pour les élèves de niveau cycle 1 ici

    Et aussi un livret de compétences en vue de passer le CFG et donc de valider les compétences du cycle 3 ICI

    Il ne me manquait qu'un outil entre ces deux cycles.

     

    J'ai donc travaillé sur un livret pour valider les compétences du cycle 2. Toutes les compétences du cycle 2 !

    Son mode d'utilisation :

    Il est rempli avec l'enfant, des bilans réguliers sont faits afin que celui-ci s'investisse dans son projet scolaire, puisse au fur et à mesure des entretiens se fixer des objectifs de progrès . Ainsi le livret tel que je le conçois contribue à rendre plus explicites les attendus de l'école et de l'enseignant.

    Les parents peuvent le voir 3 à 4 fois par an.

    Pour autant le livret ne se substitue pas aux bulletins scolaires semestriels et au LSU annuel. Le livret permet d'être un outil au service du jeune et permet de rendre les compétences plus faciles à comprendre.

    Les compétences sont assez diverses pour que chaque enfant s'y retrouve et puisse valider des choses.

    Elles correspondent aux programmes du cycle 2 de 2016. J'ai volontairement ajouter la rubrique Méthodes et outils pour apprendre afin de prendre en compte ce domaine du socle.

    Il n'y a pas d'images pour toutes les compétences car je souhaite que ce cahier soit une transition entre ce que je propose pour les niveaux cycle 1 et le livret de compétences du CFG sans image.

    Les principes : 

    Le cahier trouve son sens dans une véritable pédagogie de la réussite. Il s’inscrit dans les principes de l’évaluation formatrice, sur la base d’une observation continue active. Il permet d’identifier les étapes franchies par chaque enfant à différents moments de l’année. 

     Il associe l’élève à cette dynamique puisqu’il est renseigné avec lui au cours de moments spécifiques. L’aide à la verbalisation de l’enseignant lui apporte une béquille pour mettre en mot ce qu’il sait, ce qu’il est capable de de faire ou même comment il le fait. Quand cela est possible l’enseignant aide l’enfant à se projeter dans la construction d’apprentissage à venir. 

    Le cahier de réussites et de progrès donne également du sens au principe de co-éducation avec les parents. Il permet d’informer des progrès de leur enfant à partir d’un support adapté, facile d’accès. Il peut être commenté au cours de rencontres comme les équipes de suivi de scolarité. 

    Les objectifs : 

    - proposer une évaluation dynamique et positive 

    - construire la temporalité 

    - construire une relation école/ famille avec un regard positif sur l’enfant 

    - construire la mémoire des réussites 

    - favoriser le développement de l’estime de soi 

    - activer ou réactiver les réussites tout au long de l’année 

     

    - associer les enfants à leur évaluation 

     

    Le fonctionnement :

    un cahier par enfant dans un porte-vue

    Je pense que 80 vues sont nécessaires car l'élèves peut s'il le souhaite y annexer des travaux qu'il trouve importants.

    Cahier de réussite et de progrès

     

    Télécharger le cahier de réussite

    Télécharger la version modifiable

    Pin It

    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires